marche_ou_creve Non classé

Marche ou crève

Un roman très dur de Stephen King sur la survie à tout prix

Titre original: The long walk
Dédicace : Pour Jim Bishop, Burt Hatlen et Ted Holmes.
Ecrit sous le pseudo Richard Bachman
Genre: Science Fiction.
Avis: 7/10

Résumé du livre

Dans un futur proche où sévit le Service Séléctif, chaque année, cent jeunes hommes âgés de 18 ans partent de l’Etat du Maine et marchent vers le Sud. Le gagnant de la Longue Marche recevra ce qu’il veut pour le restant de ses jours. Les règles de la Longue Marche sont simples : pas d’interférence avec les autres marcheurs, ne pas dévier de la route prévue et ne jamais s’arrêter. Les marcheurs qui s’arrêtent une fois reçoivent un avertissement. Les marcheurs peuvent recevoir trois avertissements. Ensuite, ils sont abattus !

Cujo Non classé

Cujo

Stephen King nous montre comme un chien peut devenir terrifiant

Titre original: Cujo
Date de sortie aux USA :
Date de sortie en France : 1981
Dédicace : Ce livre est dédié à mon frère, David, qui me prenait toujours la main pour traverser West Broad Street, et qui m’a appris à faire une baguette magique avec un simple bout de bois. Cela marchait tellement bien que je n’ai jamais pu m’arrêter d’en fabriquer. Je t’aime David
Lien vers le fiche du film Cujo
Genre: Terreur
Avis: 8/10 (Que ce livre est bon ! Que la situation, la montée de la tension est jouissive. Stephen King de nouveau, après Shining, introduit un enfant et sa mère (un rapport avec la dédicace ?). Ce chien, un St Bernard, d’habitude sauveur en montagne, devient un monstre sanguinaire. En plus lisez le livre, car la fin est différente du film)

Résumé du livre

Résumé: Un beau matin de juin, un gros Saint-bernard inoffensif du nom de Cujo se fait mordre par une chauve-souris malade. Le cauchemar commence alors que Donna Trenton et son fils Tad, partis chez le garagiste propriétaire du chien pour faire réparer leur voiture, tombent nez à nez avec Cujo, plus enragé que jamais. Commence un long siège, car la malchance intervient et la voiture cale à ce moment précis…

Non classé

Le Fléau

La fin du monde et la grippe vus par Stephen King

Titre original :The Stand
Parution aux USA : 1978 (édition illustrée 1990)
Parution en France : 1981 (édition illustrée 1991)
Tout savoir sur l’adaptation TV du Fléau TV
Tout savoir sur l’adaptation BD Le Fléau
Genre: anticipation, science-fiction
Avis: 10/10 (Chef d’œuvre absolu. Si un jour vous partez sur une ile déserte, prenez ce livre, c’est toute l’histoire de l’humanité qui y est réunie)

Résumé du livre Le Fléau

Une toute petite erreur. D’une nanoseconde. Et c’est le monde entier qui est maintenant en danger. Dans un laboratoire secret des États-Unis, un nouveau type de virus, mortel et ultra-contagieux, vient d’être mis au point. Seulement voilà, quelqu’un s’est fait contaminer. Et cette personne rencontre pas mal de monde avant de mourir. Qui, eux-mêmes, contaminent beaucoup de leurs congénères avant de se retrouver à la morgue. Et ainsi de suite… Une poignée d’hommes et de femmes vont survivre. Ils vont devoir tout rebâtir, en choisissant leur camp : Celui de l’homme noir, organisé mais diabolique, ou celui de mère Abigaël, qui incarne le bien et que certains ont vu en rêve…

ecriture.jpg Non classé

Écriture : Mémoires d’un métier

Stephen King : ses souvenirs d’enfance, son métier d’écrivain, son œuvre, ses conseils… sa vie

Titre original : On Writing – A Memoir of the Craft
Parution aux USA : 1974
Parution en France : 1976
Genre: Auto Biographie.
Avis: 7/10.

Résumé du livre : Écriture – Mémoires d’un métier

À l’âge de six ans, le jeune Stephen King demande à sa mère si elle a déjà vu mourir quelqu’un. Elle lui décrit la chute à Portland d’un marin tombé du toit d’un hôtel dans la rue, ajoutant : « il a giclé de partout (…). Et ce qui a giclé de lui était vert. Je ne l’ai jamais oublié. » Et « le King » de souligner « Moi non plus, M’man. » L’ensemble de ce livre, plus proche de l’essai que du roman, est à l’image de cette remarque : familier, décalé, humoristique et édifiant !

Romancier prolixe (classé « populaire », à son grand dam), King, la cinquantaine passée, est l’auteur de best-sellers voués au paranormal, à la violence, à la question du mal et à l’imaginaire débridé des enfants : Carrie, Salem, Le Fléau, La Ligne verte, Shining, Misery, Sac d’os.

Fauché par un van au cours de l’été 99, ses multiples fractures et un traumatisme crânien ont bien failli l’empêcher de reprendre et conclure ces Mémoires d’un métier où il nous livre ses recettes d’écrivain à succès. Ainsi s’expliquent, mêlés à maintes anecdotes, l’appétit de vie et la joie de transmettre un savoir-faire qui accompagnent le lecteur au gré des outils présentés : le vocabulaire, les adverbes, la thématique, l’histoire, l’intrigue les recherches…

En interrogeant le langage au même titre qu’un Styron ou un DeLillo, King esquisse une sorte d’autobiographie (sans faire l’économie de la suicidaire spirale de l’alcool et de la drogue où il a puisé pendant plus de douze ans) ; convie chacun à rien de moins qu’à un véritable atelier d’écriture, avec à l’appui exemples concrets et travaux dirigés ! On apprend beaucoup dans ces pages qui rendent hommage aux Elements of Style de W. Strunk & E.B White, sur la genèse de son œuvre marquée par la SF et l’horreur, sur l’origine de ses personnages principaux mais aussi, plus universellement, sur l’art d’écrire tout court. Écrire, un acte « télépathique » qui n’a rien à voir avec une quelconque « île des Idées » ou une « vulgate mystique » à laquelle s’abreuveraient les King, Grisham et autres Clancy, puisqu’il consiste surtout, au-delà de l’inspiration, dans l’application méthodique des règles inhérentes au « boulot » décrit ici.

Dreamcatcher Non classé

Dreamcatcher

Stephen King réécrit de nouveau sur la jeunesse et l’age adulte

Titre original : Dreamcatcher

Parution aux USA : 2001
Parution en France : 2002
Dédicace : Pour Susan Moldow et Nan Graham
Lien vers l’adaptation cinématographique de Laurence Kasdan : Dreamcatcher le film
Photos du film Dreamcatcher
Genre : Fantastique
Avis : 7.5/10.

Résumé du livre Dreamcatcher

Il était une fois, dans la ville hantée de Derry, quatre garçons, qui, ensembles ont fait une chose courageuse. Certainement une bonne chose, peut-être même une grande chose. Quelque chose qui les a changé, qu’ils pourraient ne jamais comprendre.
Vingt-cinq ans après, ces garçons sont maintenant des hommes, avec des vies séparées et isolées, avec des ennuis, une vie d’homme quoi. Chaque saison de chasse les réunit dans les bois du Maine. Cette année, un étranger entre dans leur camp, désorienté, marmonnant quelque chose au sujet des lumières dans le ciel. D’ ici peu, ils seront plongés dans une lutte horrible avec une créature d’un autre monde, mais aussi contre des militaires à l’esprit destructeur.

Dolorès Claiborne Non classé

Dolores Claiborne

Le roman de Stephen King sur le destin d’une femme exceptionnelle

Titre original: Dolores Claiborne
Parution aux USA : 1992
Parution en France : 1993
Dédicace : A ma mère,Ruth Pillsbury King
Lien vers le fiche du film Dolores Claiborne
Genre: Policier
Avis: 8/10 à la première lecture en 1993, 09/10 en le relisant en 2006, car ce livre est un roman d’adulte. Il parle de problème de femme battue, de mari dominateur et destructeur, et en vieillissant on en découvre et l’on se dit que la description qu’en fait Stephen King est d’une rare justesse. Et lorsque la colère se met en route, on approuve. L’amitié également de la patronne et de Dolores Claiborne est magnifique.

Résumé du livre

Sujet : De son propre aveu, Dolores Claiborne n’est qu’une vieille garce : mauvais caractère, mauvaise langue, mauvaise vie. A Little Tall, on ne sait toujours pas ce qui s’est passé il y a trente ans. Et si, le jour de l’éclipse, l’accident qui a coûté la vie à son mari était vraiment un accident…
Aujourd’hui, la vieille dame indigne est à nouveau soupçonnée : la riche et sénile Vera Donovan, dont elle est la gouvernante depuis des décennies, vient d’être découverte morte dans sa demeure…