Non classé

Le Fléau

La fin du monde et la grippe vus par Stephen King

Titre original :The Stand
Parution aux USA : 1978 (édition illustrée 1990)
Parution en France : 1981 (édition illustrée 1991)
Tout savoir sur l’adaptation TV du Fléau TV
Tout savoir sur l’adaptation BD Le Fléau
Genre: anticipation, science-fiction
Avis: 10/10 (Chef d’œuvre absolu. Si un jour vous partez sur une ile déserte, prenez ce livre, c’est toute l’histoire de l’humanité qui y est réunie)

Résumé du livre Le Fléau

Une toute petite erreur. D’une nanoseconde. Et c’est le monde entier qui est maintenant en danger. Dans un laboratoire secret des États-Unis, un nouveau type de virus, mortel et ultra-contagieux, vient d’être mis au point. Seulement voilà, quelqu’un s’est fait contaminer. Et cette personne rencontre pas mal de monde avant de mourir. Qui, eux-mêmes, contaminent beaucoup de leurs congénères avant de se retrouver à la morgue. Et ainsi de suite… Une poignée d’hommes et de femmes vont survivre. Ils vont devoir tout rebâtir, en choisissant leur camp : Celui de l’homme noir, organisé mais diabolique, ou celui de mère Abigaël, qui incarne le bien et que certains ont vu en rêve…

ecriture.jpg Non classé

Écriture : Mémoires d’un métier

Stephen King : ses souvenirs d’enfance, son métier d’écrivain, son œuvre, ses conseils… sa vie

Titre original : On Writing – A Memoir of the Craft
Parution aux USA : 1974
Parution en France : 1976
Genre: Auto Biographie.
Avis: 7/10.

Résumé du livre : Écriture – Mémoires d’un métier

À l’âge de six ans, le jeune Stephen King demande à sa mère si elle a déjà vu mourir quelqu’un. Elle lui décrit la chute à Portland d’un marin tombé du toit d’un hôtel dans la rue, ajoutant : « il a giclé de partout (…). Et ce qui a giclé de lui était vert. Je ne l’ai jamais oublié. » Et « le King » de souligner « Moi non plus, M’man. » L’ensemble de ce livre, plus proche de l’essai que du roman, est à l’image de cette remarque : familier, décalé, humoristique et édifiant !

Romancier prolixe (classé « populaire », à son grand dam), King, la cinquantaine passée, est l’auteur de best-sellers voués au paranormal, à la violence, à la question du mal et à l’imaginaire débridé des enfants : Carrie, Salem, Le Fléau, La Ligne verte, Shining, Misery, Sac d’os.

Fauché par un van au cours de l’été 99, ses multiples fractures et un traumatisme crânien ont bien failli l’empêcher de reprendre et conclure ces Mémoires d’un métier où il nous livre ses recettes d’écrivain à succès. Ainsi s’expliquent, mêlés à maintes anecdotes, l’appétit de vie et la joie de transmettre un savoir-faire qui accompagnent le lecteur au gré des outils présentés : le vocabulaire, les adverbes, la thématique, l’histoire, l’intrigue les recherches…

En interrogeant le langage au même titre qu’un Styron ou un DeLillo, King esquisse une sorte d’autobiographie (sans faire l’économie de la suicidaire spirale de l’alcool et de la drogue où il a puisé pendant plus de douze ans) ; convie chacun à rien de moins qu’à un véritable atelier d’écriture, avec à l’appui exemples concrets et travaux dirigés ! On apprend beaucoup dans ces pages qui rendent hommage aux Elements of Style de W. Strunk & E.B White, sur la genèse de son œuvre marquée par la SF et l’horreur, sur l’origine de ses personnages principaux mais aussi, plus universellement, sur l’art d’écrire tout court. Écrire, un acte « télépathique » qui n’a rien à voir avec une quelconque « île des Idées » ou une « vulgate mystique » à laquelle s’abreuveraient les King, Grisham et autres Clancy, puisqu’il consiste surtout, au-delà de l’inspiration, dans l’application méthodique des règles inhérentes au « boulot » décrit ici.

Dreamcatcher Non classé

Dreamcatcher

Stephen King réécrit de nouveau sur la jeunesse et l’age adulte

Titre original : Dreamcatcher

Parution aux USA : 2001
Parution en France : 2002
Dédicace : Pour Susan Moldow et Nan Graham
Lien vers l’adaptation cinématographique de Laurence Kasdan : Dreamcatcher le film
Photos du film Dreamcatcher
Genre : Fantastique
Avis : 7.5/10.

Résumé du livre Dreamcatcher

Il était une fois, dans la ville hantée de Derry, quatre garçons, qui, ensembles ont fait une chose courageuse. Certainement une bonne chose, peut-être même une grande chose. Quelque chose qui les a changé, qu’ils pourraient ne jamais comprendre.
Vingt-cinq ans après, ces garçons sont maintenant des hommes, avec des vies séparées et isolées, avec des ennuis, une vie d’homme quoi. Chaque saison de chasse les réunit dans les bois du Maine. Cette année, un étranger entre dans leur camp, désorienté, marmonnant quelque chose au sujet des lumières dans le ciel. D’ ici peu, ils seront plongés dans une lutte horrible avec une créature d’un autre monde, mais aussi contre des militaires à l’esprit destructeur.

Dolorès Claiborne Non classé

Dolores Claiborne

Le roman de Stephen King sur le destin d’une femme exceptionnelle

Titre original: Dolores Claiborne
Parution aux USA : 1992
Parution en France : 1993
Dédicace : A ma mère,Ruth Pillsbury King
Lien vers le fiche du film Dolores Claiborne
Genre: Policier
Avis: 8/10 à la première lecture en 1993, 09/10 en le relisant en 2006, car ce livre est un roman d’adulte. Il parle de problème de femme battue, de mari dominateur et destructeur, et en vieillissant on en découvre et l’on se dit que la description qu’en fait Stephen King est d’une rare justesse. Et lorsque la colère se met en route, on approuve. L’amitié également de la patronne et de Dolores Claiborne est magnifique.

Résumé du livre

Sujet : De son propre aveu, Dolores Claiborne n’est qu’une vieille garce : mauvais caractère, mauvaise langue, mauvaise vie. A Little Tall, on ne sait toujours pas ce qui s’est passé il y a trente ans. Et si, le jour de l’éclipse, l’accident qui a coûté la vie à son mari était vraiment un accident…
Aujourd’hui, la vieille dame indigne est à nouveau soupçonnée : la riche et sénile Vera Donovan, dont elle est la gouvernante depuis des décennies, vient d’être découverte morte dans sa demeure…

alta-king-danse1981.jpg Non classé

Danse Macabre

Le premier recueil de nouvelles de Stephen King

Titre original: Night Shift

Traduit par : Lorris Murail et Natalie Zimmermann
Parution aux USA : 1978
Parution en France : 1980
Genre: Recueil de nouvelles
Avis: 10/10. Chef d’œuvre et base de Stephen King à l’avenir.

Liste de toutes les nouvelles et leurs adaptations au cinéma

Celui qui garde le ver (7.5/10 ).
Poste de nuit (9/10 ). Adapté : La créature du cimetière
Une sale grippe (6.5/10 ). Futur « Fléau »
Comme une passerelle (8.5/10 ).
La presseuse (8/10 ).
le croque-mitaine (10/10 ).
Matière grise (5/10 ).
Les petits soldats (10/10 ). Adapté : Nightmares & Dreamscapes
Poids lourds (8/10 ). Maximum Overdrive Adapté : Maximum Overdrive par Stephen King
Cours, Jimmy cours (9/10 ). Adapté : Vengeance diabolique – TV
Le printemps des baies (8/10 ).
la corniche (9/10 ). Adapté dans Cat’s Eyes
La pastorale (8/10 ).
Desintox, Inc (9.5/10 ). Adapté dans Cat’s Eyes
L’homme qu’il vous faut (8/10 ).
Le dernier barreau de l’échelle (9/10 ).
Les enfants du mais (8/10 ). Adapté : Les enfants du Maïs
L’homme qui aimait les fleurs (9/10 ).
Un dernier pour la route (8/10 ).
Chambre 312 (9/10 ).

 

Petit résumé de Danse Macabre

Macabres, ces rats qui trottinent en couinant dans les sous-sols abandonnés d’une immense filature. Des milliers de rats filant en longue procession dans ces souterrains humides et sombres. Comment s’en débarrasser ? L’équipe de nettoyage a du pain sur la planche. Et ne peut encore imaginer l’horreur qui l’attend. Démoniaque, cette machine infernale dont les rouages ont une vie propre. L’engin happe les humains entre ses mâchoires d’acier et les plie en quatre comme un drap ! Diaboliques, ces êtres qui s’infiltrent par une brèche de l’univers. Fils du cosmos et d’une lune mauvaise, ils frappent sans scrupule ! Mais le pire n’est pas là. Le pire rampe dans les ténèbres. Aveugle, il végète depuis des années sous une église maudite. Dans l’attente d’une parole, d’un ordre de Celui qui le garde. Le Ver. Le Ver monstrueux ! Cinq nouvelles, cinq voyages au bout de la peur.
Croque-mitaine ? Allons donc ! C’est bon pour les enfants de croire à ces fadaises ! Lester Billings, pourtant, a vu ses trois gamins assassinés par le monstre. Et il n’était pas fou, du moins le croyait-il. Mais le malheur vous tombe parfois dessus de manière plus inattendue. C’est en buvant de la bière avariée que Richie Grenadine s’est transformé en flaque de matière grise. Il arrive aussi que des objets familiers prennent le pouvoir ! Soldats de plomb ou poids lourds. Le résultat est le même. Jeu de massacre ! Et si le diable s’en même, c’est le grand frisson ! Dans la rue de Stratford, Jimmy peut toujours courir, il a la mort aux trousses. Chacune de ces cinq nouvelles révèle la face cachée d’un monde, le nôtre, si proche et soudain si menaçant.

Christine le film Non classé

Christine

Cette Plymouth Fury 58 décrite par Stephen King est vraiment démoniaque

Titre original: Christine
Traduit par : Marie Milpois
Parution aux USA : 1983
Parution en France : 1984
Dédicace : Pour George Romero et Chris Forrest Romero. Et pour le patelin
Lien vers la fiche du film Christine
Genre: Épouvante
Avis: 7.5/10 (C’est un bon roman, qui a donné à Stephen King ses lettres de noblesse. Les acteurs sont des jeunes, avec des problèmes d’identité, les filles, l’apparence… En plus cette voiture !!! )

Résumé du livre Chistine

Arnie, lycéen brillant, génie des mathématiques et bricoleur né, tombe un beau jour amoureux d’une vieille épave rouillée, une Plymouth Fury 58 nommée Christine. Ignorant les conseils de Denis, son meilleur ami, il achète la voiture et commence à la retaper. Grâce à Arnie, bientôt Christine est comme neuve. Mais son comportement est étrange! Dans de grands grincements, elle bondit ou cale sans raison. Et il n’y a qu’Arnie qui ne semble pas avoir remarqué l’aspect terrifiant de sa voiture. Par contre, ce n’est pas le cas de Leigh, sa petite amie, ni de Denis. Et qu’arrive t-il à Arnie ? Son visage et son caractère semblent transformés, ils inspirent maintenant la peur, tout comme Christine. Et quel est le passé de cette voiture ? Que s’est-il vraiment passé lorsque ses anciens propriétaires sont morts subitement à l’intérieur de celle-ci ?