L’institut (2020) L’institut (2020)

L’institut (2020)

L’institut

Quatrième de couverture fourni par Albin Michel :

Au cœur de la nuit, à Minneapolis, des intrus pénètrent la maison de Luke Ellis, jeune surdoué de 12 ans, tuent ses parents et le kidnappent.

Luke se réveille à l’Institut, dans une chambre presque semblable à la sienne, sauf qu’elle n’a pas de fenêtre. Dans le couloir, d’autres portes cachent d’autres enfants, dotés comme lui de pouvoirs psychiques.

Que font-ils là ? Qu’attend-on d’eux ? Et pourquoi aucun de ces enfants ne cherche-t-il à s’enfuir ?

Aussi angoissant que Charlie, d’une puissance d’évocation égale à Ça, L’Institut nous entraîne dans un monde totalitaire… qui ressemble étrangement au nôtre. Le nouveau chef-d’œuvre de Stephen King.

Avis sur L’institut

L’Institut de Stephen king suit deux personnages principaux.

La première intrigue suit notre protagoniste, Luke. Un génie , un athlète populaire, QI social extrêmement élevé font de lui le chouchou du groupe. Il a également 12 ans et a un faible niveau de développement. Dès le départ, j’étais un peu sceptique quant à cette tendance à la perfection. Malheureusement, cela continue tout au long du livre. Le second est alors Tim, un flic parfait mieux qu’un robot qui s’est refroidi dans le Maine. Ce n’est qu’une courte introduction et cela ne prend pas beaucoup de place dans l’histoire.

Le livre est considéré comme un croisement entre Charlie et Ça. Croyez-le ou non, c’est un livre à part entière et vous comprenez dès le départ qu’il s’agit d’une histoire d’emballement.

Le livre lui-même est amusant à lire et je le classerais sur un pied d’égalité avec The Outsider. King est connu pour avoir écrit sur les enfants et leurs relations. Ici, cependant, c’est vraiment nul. Un enfant calme et plus qu’un adulte vous parle d’un enfant et vous rappelle constamment de vous sentir mal pour lui… Cela rend les enfants également interchangeables et vous ne ressentez rien pour eux, plus les enfants essaient, plus ils semblent irréels.

Une autre faiblesse mineure est que King a perdu la notion du temps. L’histoire se déroule à notre époque mais les personnages discutent de Trump, mais vous avez un enfant qui aime les groupes des années 80 et cherche une cabine téléphonique avant d’envisager un smartphone. . Il connaît et aime aussi les cigarettes bonbon dont je peux vous dire qu’elles avaient le goût de la craie et ont disparu au début des années 80.

Dans l’ensemble, un livre amusant avec des détails qui obligent à le faire. incroyable, du moins c’est ce qu’il semble. C’est bizarre de dire cela à propos d’un roman de 600 pages, mais j’ai l’impression que j’aimerais avoir plus de relations et de relations humaines. Plus d’informations sur l’institut au lieu de toutes les histoires de la main. J’ai eu l’impression qu’il manquait quelque chose et que quelques centaines de pages pour explorer ce monde seraient en sa faveur.

0 Comments

No Comment.