Jean Ray Jean Ray

Jean Ray

Jean Ray

Jean Ray, pseudonyme de Jean Raymond Marie de Kremer, est un écrivain belge de langue française.

Biographie
Jean Ray est né le 8 juillet 1887, à Gand, où il a fait ses études. Il se serait ensuite engagé comme marin et aurait fait le tour du monde, se livrant à la contrebande d’alcool et recevant le surnom de Tiger Jack. En 1925, prétendument revenu à terre, il écrit Les contes du whisky. En 1932, il aurait encore voyagé en Islande et dans les îles Féroé, ce qui aurait mené à un reportage sur les pêcheurs sous le pseudonyme de John Flanders (« Jean des Flandres »). Il « quitte définitivement » la marine en 1930 et s’approprie alors le personnage de Harry Dickson, qui sera le héros de plus de cent nouvelles de son cru. Ray se fixera à Gand en 1940, publiera son plus fameux roman, Malpertuis, en 1943 et un second, Saint-Judas-de-la-nuit, aussi en 1943. Il ne cessera d’écrire jusqu’à sa mort le 17 septembre 1964, dans sa ville natale de Gand. Au nombre de ses recueils de nouvelles fameux figure Les contes noirs du golf série de recits noirs sur ce sport produit pour un journal sportif. Tous ses prétendus voyages maritimes, sont autant d’élucubrations. inventées par Ray lui-même pour constituer son mythe. Il fut en fait, à l’époque en question, fonctionnaire communal. Il fut même condamné pour détournement de fonds et fit de la prison. Il n’a pas vraiment crée le personnage de Harry Dickson, il ne fut en fait -au début- que traducteur de ses aventures du néérlandais vers le français, mais trouva à la longue les textes si médiocres qu’il réécrivit les histoires en se basant sur les couvertures des recueils originaux. Sans Henri Vernes, le créateur de Bob Morane qui fut son ami, personne n’aurait jamais su qui a écrit quoi dans toute cette saga de Harry Dickson… Jean Ray a aussi été secrétaire de rédaction à l’hebdomadaire Bravo! de 1936 à 1940 (cet organe était alors exclusivement publié en néerlandais). Il y a écrit de nombreux contes ainsi que les scénarios de la série Edmund Bell, mise en images par le grand peintre expressionniste Fritz Vandenberghe. Après la guerre, il a continué d’écrire pour la jeunesse dans l’hebdomadaire Petits Belges.

Jean Ray

Jean Ray occupe la place la plus importante au sein de l’école belge du fantastique. Son œuvre se caractérise surtout par des histoires peuplées de fantômes et de créatures de l’au-delà ; la peur en est le moteur principal. Son écriture baroque doit beaucoup au roman gothique anglais du XVIIIe siècle et à Edgar Allan Poe.

Bibliographie
Les aventures de Harry Dickson, nouvelles.
Les contes du whisky (1925)
Le grand nocturne (1942)
Malpertuis (1943) adapté au cinéma par Harry Kumel, Belgique, 1942 avec Orson Welles et Michel Bouquet.
Les cercles de l’épouvante (1943)
Saint-Judas-de-la-nuit (1943)
La cité de l’indicible peur adapté (librement) au cinéma par Jean-Pierre Mocky, France, 1964, avec Bourvil et Francis Blanche.
Les contes noirs du golf (post-mortem)
Les derniers contes de Canterbury (post-mortem)
Le livre des fantomes (post-mortem)
Bestiaire fantastique (post-mortem)

(Source http://www.belgique.com)

Les commentaires sont clos.