Mile 81

Le nouvel ebook de Stephen King

Titre original: Mile 81

Date de sortie aux USA : 11 septembre 2011
Date de sortie en France : Inconnue
Genre:
Prix sur le Net : 2.99€
Avis: Pas sortie

 

Résumé du livre électronique en anglais pour l’instant

At Mile 81 on the Maine Turnpike is a boarded up rest stop, a place where high school kids drink and get into the kind of trouble high school kids have always gotten into. It’s the place where Pete Simmons goes when his older brother, who’s supposed to be looking out for him, heads off to the gravel pit to play “paratroopers over the side.”

Pete, armed only with the magnifying glass he got for his tenth birthday, finds a discarded bottle of vodka in the boarded up burger shack and drinks enough to pass out.

Not much later, a mud-covered station wagon (which is strange because there hadn’t been any rain in New England for over a week) veers into the Mile 81 rest area, ignoring the sign that says “closed, no services.” The driver’s door opens but nobody gets out.

Doug Clayton, an insurance man from Bangor, is driving his Prius to a conference in Portland. On the backseat are his briefcase and suitcase and in the passenger bucket is a King James Bible, what Doug calls “the ultimate insurance manual,” but it isn’t going to save Doug when he decides to be the Good Samaritan and help the guy in the broken down wagon. He pulls up behind it, puts on his four-ways, and then notices that the wagon has no plates.

Ten minutes later, Julianne Vernon, pulling a horse trailer, spots the Prius and the wagon, and pulls over. Julianne finds Doug Clayton’s cracked cell phone near the wagon door – and gets too close herself. By the time Pete Simmons wakes up from his vodka nap, there are a half a dozen cars at the Mile 81 rest stop. Two kids – Rachel and Blake Lussier –and one horse named Deedee are the only living left. Unless you maybe count the wagon.

With the heart of Stand By Me and the genius horror of Christine, Mile 81 is Stephen unleashing his imagination as he drives past one of those road signs…

Mots clés choisis et en rapport avec « Mile 81 »

Nous vous présentons en quelques mots de vous guider vers des éléments en rapport avec le roman présenté.

| Stand by me | Christine | Stephen King | Ebook | The plant | Nouvelles | Internet | Critiques des lecteurs

Brume

Un recueil de nouvelles de Stephen King étalé entre 1965 et 1983

Titre original: Skeleton Crew
Date de sortie aux USA : 1985
Date de sortie en France : 1987
Genre: Fantastique – horreur
Traducteurs : Michel Pressé et Serge Quadruppani
Pas de dédicace dans ce recueil
Avis: Il s’agit d’un gros recueil de nouvelles, dont certaines sont inférieures aux autres. Pour vous guider, on a mis des étoiles suivant nos préférences.
Genre: Recueil de nouvelles

Résumé du recueil de nouvelles Brume

Brume
Tout savoir sur le film The Mist – Brume adapté au cinéma
Résumé : Un gros orage d’été frappe l’ouest du Maine. Nous sommes à la mi-juillet, et la tempête de la décennie s’apprête à frapper. Le lendemain, quand David Drayton, son fils Billy et leur voisin se endent au centre commecial voisin, une étrange brume provenant du lac a apporté avec elle des monstres incroyables, des accidents de la nature créés, d’après les gens du coin, par l’armée dans le cadre du Arrowhead Project. A présent assiégés par des insectes géants, des créatures mutantes et autres monstres irradiés, les clients du supermarché Federal Foods combattent sue un autre front : la raison fait place à la déraison, et les clients doivent choisir entre trois camps. Le groupe de Drayton qui représente la raison et le rationalisme. Celui de Mme Carmody, guidé par le déraison. Et enfin les partisans de Norton qui refusent de croire à ce qui arrive et scellent leur destin en sortant du magasin, marchent dans la brume vers une mort certaine. L’histoire s’achève sur une note interminable. Drayton, son fils et deux femmes de son groupe ont pu rejoindre son véhicule tout terrain. Ils font une halte dans un restaurant Howard Johnson, et Drayton écrit tout ce qui s’est passé sur une serviette. En repartant, il se demande quelle vie l’attend dans ce meilleur des mondes après la brume.

En ce lieu, des tigres
C’est l’histoire d’un élève de quatrième qui a honte de dire qu’il doit aller aux toilettes, et de son professeur, Miss Brid, qui l’humilie. Le garçon va aux toilettes au sous-sol du bâtiment, mais prend peur quand il aperçoit un tigre. Kenny Griffen, un autre garçon de la classe, est envoyé à sa recherche, mais il se fait dévorer par le tigre. Miss Brid devient à son tour une proie quand elle apparaît. Comme Griffen, elle se fait dévorer.

Le Singe
C’est l’histoire d’un singe mécanique avec des cymbales qui peut se remonter lui-même et frapper ses cymbales… ce qui annonce un accident fatal. Quand Hal Shelburn comprend la nature maléfique de l’animal, il attrape un sac, y met le singe avec des cailloux, et pense le jeter au fond d’un lac. Le singe n’est cependant pas si facile à éliminer. Alors que Hal entend les cymbales qui s’entrechoquent, son bateau commence à tomber en morceaux, et lui-même est obligé de s’enfuir à la nage. Peu de temps après, un article paraît dans le journal local, The Bridgton News. Betsy Moriarty, dans son article Le mystère des poissons morts, raconte que les gardes-chasse sont mystifiés par les centaines de poissons morts qui flottent le ventre en l’air, autour de Hunter’s Point… à l’endroit même où Shelburn a lancé le singe.

La révolte de Caïn
Il est étudiant, ne se sent pas bien dans sa tête. Alors, il va prendre un fusil et va s’amuser à tirer sur des passants de sa chambre d’étudiant.

Le raccourci de Mme Todd
C’est l’histoire de la première femme de Worth Todd, Ophélia, disparu en 1973. Obsédée par les raccourcis, Ophélia sillonait toutes les routes de campagne dans sa Mercedes à deux places couleur champagne à la recherche des chemins les plus courts, courant après la lune comme la mythique Diane chasseresse… Un jour qu’elle emprunte comme à son habitude un raccouci, elle s’engage en réalité dans le chemin du temps, et au fur et à mesure qu’elle le remonte, elle rajeunit… Elle n’est pas la seule… Homer Buckland, l’homme chargé de l’entretien de la maison des Todd pendant l’été annonce à un ami de Castle Rock qu’il part dans le Vermont, mais ne laisse aucune adreese. Il veut « couper les ponts » et part avec Ophélia, « la belle fille qui s’est penchée pour lui ouvrir la porte… elle n’avait pas l’air d’avoir seize ans », dit le narrateur.

L’Excursion
La famille Oates se téléporte de la Terre à Mars. Pour passer le temps au centre d’Excursion, au New York’s Port Authority Bus Terminal, Mark Oates raconte à sa famille l’histoire de l’Excursion, une révolution dans le monde des transports et dans le monde tout court, qui fut découverte par un scientifique pauvre mais imaginatif. Le seul problème avec la technique de l’Excursion est qu’elle nécessite que tous les passagers soient inconscients, profondément endormis, comme dans le roman d’Heinlein « Une porte sur l’été », où la science du « sommeil froid » est portée à sa perfection. Dans l’histoire de King, à la différence de celle d’Heinlein, la curiosité est un vilain défaut, pour ainsi dire : Ricky, leur fils âgé de douze ans, retient volontairement sa respiration, et après avoir ressenti l’effet de l’Excursion, il vieillit de façon incroyable. A propos de la crédibilité scientifique et de la logique interne de l’histoire : les dangers de la technique de l’excursion sont suffisants pour que la compagnie cherche à éviter tout risque de procès en empêchant les machines de vous téléporter si vous n’êtes pas inconscient, ce qui est simple à vérifier avec les ondes cérébrales.

Le gala de noces
Cette nouvelle relate l’histoire d’un groupe de jazz, en 1927, invité pour jouer au mariage de la soeur de Mike Scollay. Il ne s’agit pas de n’importe quel mariage, puisque Scollay est un « petit racketteur » et le poids de sa soeur fait d’elle la risée de tous, ce qui le vexe profondément. En fait, c’est ce qui causera sa perte… Cible des commentaires par le biais de sa sœur pendant le mariage, il devient fou de rage et se précipite dans un piège tendu par un rival, le Grec. La vengeance est reine… et la sœur de Mike, Maureen, s’avère être aussi méchante que grosse. Elle « transformera tout [l’opération de Mike] en un empire de la prohibition de taille à rivaliser avec celui de Capone ». Et quand elle mit la main sur le Grec, « bafouillant et suppliant pour sa vie », elle l’exécuta elle-même d’une façon horrible.

Paranoïa
Une mélopée

Le radeau
Quatre étudiants de l’université de Pittsburgh se rendent à Cascade Lake, où ils nagent jusqu’à un radeau au milieu de lac. Parvenus à leur but, ils se font attaquer par ce qui ressemble à une flaque d’huile noire qui flotte sur l’eau. Trois des étudiants sont tués, seul reste Randy, prisonnier du lac, sans aucune autre compagnie que celle du cri des oiseaux, tandis que la « chose » attend patiemment son heure.

Machine divine à traitement de texte
C’est l’histoire de Richard Hagstrom et de sa lampe d’Aladin moderne, une machine à traitement de texte construite par son neveu, John, qui l’a assemblée à partir de matériaux hétéroclites, parce que son oncle ne pouvait pas s’en offrir une neuve. Les personnes dont il était le plus proche, son frère alcoolique, sa femme Belinda et leur fils Johnathzn sont morts dans un accident de voiture alors que son frère était au volant. Hagstrom, qui quelques années plus tôt était sorti avec Belinda, aurait voulu l’épouser et avoir avec elle un fils comme Johnathan. Au lieu de cela, il est prisonnier d’un mariage de raison avec une femme et un fils qui l’insultent. Telle mère, tel fils… Il aimerait pouvoir ramener Belinda et John à la vie et effacer sa propre famille. Hagstrom se rend bientôt compte, après avoir fait disparaître une photo souvenir de son mur, que le traitement de texte a le pouvoir de littéralement changer la réalité quand il tape quelque chose sur le clavier et appuie sur les touches EXECUTE ou DELETE. Il efface donc sa femme et son fils, et insère à leur place Johnathan et Belinda, obtenant enfin la famille idéale dont il avait toujours rêvé.

Le Chenal
Stella Flanders, vit à Cascade Lake. Elle vit sur une ile, et n’a jamais été sur le continent se trouvant en face. Pourtant, arrivant à la fin de sa vie, elle décide de traverser le chenal, lorsque celui-ci sera gelé et d’affronter son passé et son futur.

Sables
Trois hommes s’écrasent sur une planète inconnue. Seul, avec seulement un signal de détresse, ils vont lutter contre le sable qui est l’élément majeur de cette planète

L’homme qui refusait de serrer la main
Cette histoire se passe dans un club de poker, d’une maison de notable de New York, au 249B East Thirty-fifth Sttreet. C’est ici que George Gregson raconte aux autres « qu’il a vu un jour un homme assassiné dans cette pièce, bien qu’aucun juré n’aurait pu condamner l’assassin. Et pourtant, à la fin de cette affaire, il s’était lui-même condamné, et avait même fait office de bourreau ! ». L’histoire qu’il relate remonte à 1919. Alors qu’il manque une cinquième personne pour une partie de poker, un nouveau venu dans le club du nom de Henry Brower se joint à eux. Curieusement, Brower refuse de serrer la main de qui que ce soit. Habitude qu’il prétend avoir prise lors d’une mission de deux ans à Bombay. Hormis cela, il fallait bien que Brower reconnaisse qu’il savait jouer, remportant ce soir-là une mise non négligeable ! Suite à sa victoire, Jason Davidson d’un geste spontané, lui serre la main en signe d’amitié, provocant chez Brower un hurlement, Celui-ci se précipite brusquement dans la rue. En fait, Henry Brower est sous le coup d’une malédiction qui lui a été jeté alors qu’il séjournait à Bombay : s’il serre la main d’un être vivant, il le tue. Cette histoire se confirme quand Davidson, un jeune homme de 22 ans dans la force de l’âge, meurt d’une crise cardiaque. Avant que Georges Greson ne retrouve l’homme qui refusait de lui serrer la main, il est déjà trop tard car Henry s’est lui-même suicidé de façon bien étrange : en se serrant la main !

Nona
Elle est serveuse dans un bar et va séduire un jeune homme. Ils vont partir en auto-stop à Castle Rock. Pourtant, elle est mystérieuse et lui demande d’assassiner le chauffeur. Arrivé à Castle Rock, ils vont au cimetière.

L’image de la Faucheuse
John Sprangler, incroyant, va découvrir dans un miroir hanté, la faucheuse.

Le camion de l’oncle Otto
Otto Schenk a assassiné son associé de manière délibéré en passant les roues de son camion sur son corps. Alors, le camion deviendrait une seule personne. Il raconte aussi qu’il est vivant et veut le tuer.
Il s’isole alors, jusqu’au jour où il est retrouvé mort par son neveu, dans ce qui semble être un suicide…

Le goût de vivre
Richard Pine se retrouve sur une ile déserte avec un stock d’héroïne. Au fur et à mesure, la faim va le tirailler, et pour survivre, il ne restera qu’une seule solution.

Mémé
La grand-mère de Georges vient de mourir, pourtant…

Livraisons matinales
Lien vers une adaptation 3D de : Livraisons matinales.
Spike Milligan, chaque matin, est un livreur. Pourtant, il mélange son lait avec de l’acide et suit sa journée sans s’inquiéter de rien.

Où l’on lave son linge sale en famille
Saouls, deux hommes, dont l’un des amis possèdent une voiture, cherchent un garage qui n’aurait pas fermé pour effectuer un contrôle technique du véhicule.

La Ballade de la balle élastique
Un éditeur, lors d’un diner raconte à un jeune auteur, comment un écrivain est devenu fou en croyant que dans sa machine à écrire vivait des petites personnes, des Fornits et que c’étaient eux qui lui donnaient la création et les idées. Il va sombrer dans la folie.

Le Chenal
Un chenal coupe le continent et une petite ile. Une femme, la plus âgée de l’ile est très malade, un cancer la ronge. Dans sa tête des visions la hantent. Il s’agit de personnes qu’elle a connut dans le passé et de son mari décédé. Ils lui demandent de venir les voir. Elle doit emprunté le chenal gelé pour cela.

Colorado Kid

Un petit livre de Stephen King

Titre original: Colorado Kid
Date de sortie aux USA : 2005 publié dans la collection Hard Case Crime
Date de sortie en France : 12 Mai 2006
Éditeur : J’ai lu (Roman sortie en France directement en livre de poche)
Dédicace :
Lien vers le fiche de Haven, saison 1, adaptation télévisuelle de Colorado Kid
Lien vers le fiche de Haven, saison 2, adaptation télévisuelle de Colorado Kid
Genre: Policier
Avis: 6/10
(Stephen King raconte une histoire nous amenant à réfléchir sur cette pulsion que nous avons de vouloir toujours expliquer l’inexplicable. On pense au FAUCON MALTAIS de Dashiell Hammett. Cette histoire est bien écrite, les deux journalistes racontent avec entrain l’histoire à une jeune fille ayant de bonnes répliques. C’est hors d’un Stephen King habituel, c’est court et l’ambiance du lieu avec le legiste, les mauvais flics, le jeune débutant mal exploité, la plage, le site dépeuplé avant les ruées de touristes l’été, mais bon…)

Résumé du livre

Dave Bowie et Vince Teague, deux vieux routiers du journalisme, sont tout en émoi le jour où la ravissante Stephanie McCann vient faire un stage dans leur petit hebdomadaire local, le Weekly Islander dans le Maine.
Afin de lui donner envie de rester, ils lui révèlent l’énigme qui les tenaille depuis vingt-cinq ans et qui concerne le cadavre d’un homme retrouvé sur une plage en 1980, ayant un steak au fond de la gorge, un paquet de cigarettes avec un timbre fiscal du Colorado et une pièce russe dans la poche.
Il s’agit d’une mort ayant des circonstances insolites et inexplicables et qui va piquet sa curiosité.

Mots clés choisis et en rapport avec « Colorado Kid »

Nous vous présentons en quelques mots de vous guider vers des éléments en rapport avec le roman présenté.

| Colorado Kid | Histoire courte | Stephen King | Policier de Stephen King | Mystère | Enquête | Roman court | Critiques des lecteurs

Blockade Billy

Blockade Billy

Une nouvelle de Stephen King sur le Base ball

Titre original: Blockade Billy
Date de sortie aux USA : 20 Avril 2010
Nouvelle version en anglais : Sortie 25 Mai 2010 en vente sur Amazon à 11.55€

Date de sortie en France : Inconnue
Lien vers les couvertures de Blockade Billy
Dédicace :
Genre: Fantastique
Avis: Pas encore lu

Résumé du livre

Il a été peut-être le plus grand joueur, mais aujourd’hui personne ne se rappelle son nom. Il était le premier et le seul joueur à avoir son existence complètement effacé du livre des records. Même son équipe l’a depuis longtemps oubliée, à part un bas de page dans l’histoire du jeu.
Tous les efforts ont été fait pour effacer toute preuve de William Blakely, le joueur de baseball professionnel, and cela pour une bonne raison.
Son surnom, Blockade Billy, « Bloquer Billy » avait un secret plus terrifiant qu’aucune pilule ou piqure et qui pourrait causer un scandale dans le sport d’aujourd’hui.
Son secret était beaucoup plus sombre…
Et seulement Stephen King, le plus grand conteur d’histoire de notre époque, pouvait nous révéler la vérité une fois pour toute.

Stephen King pose pour ressembler à Blockade Billy

Voici la photo de Stephen King en tenue de base-ball comme l’image unique vendu avec le roman court dans la version américaine.

Mots clés choisis et en rapport avec « Blockade Billy »

Nous vous présentons en quelques mots de vous guider vers des éléments en rapport avec le roman présenté.

| Blockade Billy | Base ball| Stephen King | Redeptemtion | Nouvelles | Critiques des lecteurs

Juste avant le crépuscule (Just after sunset)

2010, l’année Stephen King en France

Juste avant le crépuscule a été publié en France le 04 Mars 2010. Il s’agit d’un gros recueil de treize nouvelles présentées ici et racontées par vous. Le recueil comprend 411 pages écrit par Stephen King, qui a reçu le Prix Bram Stoker (meilleur recueil) en 2009.
Le site Stephenking999.com a recommencé son opération d’aide aux médias, comme en 2006, pour parler de cet évènement. A découvrir sur la page dédiée à la promotion de « Juste avant le crépuscule »
Box-Office des ventes de Juste avant le crépuscule lors de la sortie du roman.
Le site Stephenking999.com, grace à Jean-Michel Pailherey, parle sur Tendance Ouest du roman « Juste avant le crépuscule. Pour écouter l’interview complète.

Présentation de Juste avant le crépuscule

Sortie aux USA : 11 Novembre 2008
Son titre original : Just After Sunset
Son titre Français : Juste avant le crépuscule
Traduit de l’américain par William Olivier Desmond
Dédicace : A Heidi Pitlor
Nombre de pages : 411
Le site Stephenking999.com vient de recevoir en avant-première le roman et s’engage à noter, à critiquer et à résumer chaque nouvelle dans les plus brefs délais.
Le recueil comprend treize nouvelles ainsi qu’une Introduction écrite par Stephen King. Un bonheur toujours absolu
Liste des nouvelles écrites par Stephen King :

Willa (Titre en version originale : Willa)
Avis : 08/10 (L’univers pour cette première histoire est bien rendue. Peut-être un peu longue et descriptive, mais chez Stephen King on aime passer quelques pages pour mieux entrer dans l’univers des personnages)

Un groupe de voyageurs patiente dans une gare de Chemin de Fer. Ils attendent un train qui n’arrive pas. David Sanderson s’aperçoit en discutant avec les autres passagers, que sa fiancé Willa n’est plus là. Il part la rechercher dans la ville voisine à quelques kilomètres. Arrivé dans le bar, en ayant croisé un loup, il la retrouve, mais là tout semble étrange. Les personnes de l’établissement paraissent les ignorer, voir s’éloigner d’eux.

La fille pain d’épice (Titre en version originale : The Gingerbread Girl) : 7/10 (Une bonne histoire dont le début n’amène absolument pas à la suite. Un combat de femme contre un passé, mais aussi un homme terrifiant. On pense un peu au combat de Jessie, dans le livre du même nom
La fille d’Emily est morte. Pour arrivé faire disparaitre cette peine qui la ronge, elle va découvrir comme traitement : la course à pied. Pourtant, elle va pousser son corps à ses limites et tombe dans des excès de course qui la pousse à l’épuisement et des vomissements. Son mari trouve cette situation normale. Emily, déçue, quitte le domicile pour faire une pause sans lendemain. Elle ne supporte plus son mari qui fuit les problèmes.
Elle s’installe dans une petite maison appartenant à son père, sur une ile au bord de la mer en Floride. Elle continue à courir jusqu’au jour où elle trouve une voiture rouge, apportant à l’un des gros propriétaires de l’ile. Une femme blonde gît dans le coffre ouvert.

Le rêve d’Harvey (Titre en version originale : Harvey’s Dream): 05/10 (Une histoire bien écrite, mais Stephen King peut mieux faire, surtout au niveau de l’intensité et de la chute)
Un homme se réveille un matin et raconte à sa femme un rêve qui devient réalité au fur et à mesure de la journée.

Aire de repos (Titre en version originale : Rest Stop) : 07/10 (L’histoire est agréable, le lieu est différent et bien rendu. On pense très fort à Richard Bachman, le double de Stephen King. Un mini sursaut à la fin)
Un écrivain John Dykstra et son double Rick Hardin qui est son pseudonyme, après une soirée arrosée, est obligé de s’arrêter dans une aire de repos pour « pisser ». Il ne voit q’une seule voiture et arriver dans l’entrée des toilettes, il entend un homme et une femme, dans les toilettes des femmes, qui « s’engueulent ». L’homme devient de plus en violent, et John Dykstra se demande comment intervenir…

Vélo d’appart (Titre en version originale : Stationary Bike) : 05/10 (Pas mal, car on démarre sur un sujet, et l’on arrive progressivement dans une autre situation, mais bon le message est lourd et la chute moyenne. On a connu Stephen King plus inspiré.)
En allant chez son médecin, Richard Sifkitz apprend que son cholestérol est trop haut. Son surpoids est l’un des problèmes majeurs, dû principalement à une alimentation mal équilibrée. Le médecin lui présente son corps, avec des ouvriers qui gèrent son métabolisme qui avec l’age vieillissent et sont de moins en moins actifs). Il s’achète un vélo d’appartement, devient un fou de vélo dans son sous-sol et un mur blanc qui deviendra une étrange porte vers l’extérieur.

Laissés-pour-compte (Titre en version originale : The Things they left behind)) : 09/10 (Ah, là enfin je retrouve Stephen King. Sujet « on se demande comment il a fait pour le trouver », personne proche, actualité qui a marqué les populations et puis cette ambiance qui vous prend aux tripes. Jouissif)
Histoire déjà publiée dans Transgressions
Scott Staley vit à New York et un an après les évènements du 11 Septembre, est envahi par d’étranges objets chez lui. Il travaillait à l’époque chez « Light & Bell Assurances », au 110e étage du World Trade Center et il se sent réponsable de son absence ce jour là dans la tour. Donc, des objets envahissent son appartement. Ils appartenaient à des collègues à lui qui ont péri dans la destruction des tours jumelles.Il y a par exemple des lunettes roses façon « Lolita, une batte de base-ball, un coussin péteur… Il s’en débarasser, mais hélas…

Fête de diplôme (Titre en version originale : Graduation Afternoon) : 07/10 (Cette histoire est aigre douce. Elle monte que la vie n’est pas toujours facile. Certains ont plus de chance que d’autres, mais au final, devant des évènements comme la fin de l’histoire, on est tous à égalité.
C’est la remise de diplôme, qui fait que Janice va se retrouver chez son petit ami. C’est un garçon dont les parents ont de bons moyens. Et puis la fête ne va pas se terminer comme prévue.

N. (Titre en version originale : N.) : 09/10 (Cette fois-ci on est dans le vif du sujet. Cette nouvelle, présenté sous forme de compte rendu, vous fait pénétrer dans le monde de « N » et de son psy, et vous entrainent dans un univers où la peur et « Ca » sont de retour. Cela fait penser un peu plus à Lovecraft qu’à King, mais ce voyage dans cet univers ne vous laissera pas indemne. Stephen King montre dans cette histoire qu’il est un grand écrivain de tous les fantastiques)
(Toutes les épisodes et la bande dessinée de « N la video graphique » publiés sur le Net en Français)
Johnny le frère de Sheila vient de se suicider. En lisant les comptes rendus des travaux de Johnny, elle s’aperçoit qu’il suivait un patient nommé « N ». Cet homme est atteint de TOC, Troubles Obsessionnels Compulsifs, très importants( Au point d’essayer de ne vivre qu’entourer de nombre pair, de créer continuellement un équilibre avec les objets qui l’entourent…) « N » raconte que tout cela provient de sa rencontre avec sept ou huits pierres, qui dans un champs isolé, semblent être un passage vers l' »Autre monde » et une force supérieur qui n’aurait qu’une envie, entrer dans le notre.

Le chat d’enfer (Titre en version originale : The Cat from Hell)) : 08/10 (Cette histoire comme le dit Stephen King a été écrite voilà trente ans, et cela se sent. Avec les années, ses personnages, ainsi que son écriture se sont perfectionnés, et les descriptions se sont améliorées. Cette histoire fait penser à Richard Bachman, plus violente et sanglante. J’aime aussi le style Richard Bachman et sa rapidité à entrer dans l’action. A lire, surtout si vous avez des doutes sur l’intelligence des chats)
(Le chat d’enfer a été adapté pour le cinéma dans Darkside, les contes de la nuit noire

Le New York Times à un prix spécial (Titre en version originale : The New York Times at special bargain rates) : 08/10 (C’est très court, presque dix pages, c’est du déjà vu, mais c’est agréable à lire, et puis cela nous fait penser à la quatrième dimension. Court mais bon)
Annie vient de perdre son mari voilà deux jours, suite à un accident d’avion. Elle répond à un appel téléphonique que personne semble entendre, et là au bout du fil, son mari qui l’appelle d’un portable presque déchargé.

Muet (Titre en version originale : Mute) : 07.5/10 (Partant d’un fait divers, Stephen King a brodé cette histoire. L’avoir placé dans un confessionnal avec un prêtre pressé est une bonne idée. Le « je » est sympa, pour le reste on a une chute inattendue, pourtant cela manque un peu de force et d’impact)
(Images publiées lors de la parution dans Playboy)
Assis dans un confessionnal, face à un prêtre un peu pressé, Momette vient se confesser. Il est un représentant qui passe sa vie sur les routes. Un jour il prend pour la première fois de vie un auto stoppeur. L’homme est ou semble sourd et muet, et ne lit pas sur les lèvres. Le voyant assoupi contre la vitre, il décide de lui raconter tous ses problèmes de couple, sa femme qui couche avec un autre homme et d’autres choses…

Ayana (Titre en version originale : Ayana) : 08.5/10 (Je pense que cette histoire apporte un espoir dans le combat de l’homme contre la maladie, et l’aide d’autrui, vous comprendrez en lisant l’histoire. C’est comme d’habitude bien écrit, les personnages bien définis et proche de nous. « Bien », comme on dit à l’école)
(Présentation de Ayana dans le magazine Paris Review )
Un fils raconte comment son père, en phase terminale d’un cancer du pancréas, va recevoir la visite d’une petite fille noire aveugle. Le père et le fils auront leur vie changée à partir de ce moment là.

Un très petit coin (Titre en version originale : A Very tight place) : 08.5/10 ( Cette histoire est vraiment « crade » et donnerait envie de vomir. Pourtant, la peur est là. Peur de l’enfermement, de la mort, d’être seul et finir seul dans un petit espace clos, qui en plus et plein de « merde » et d’urine. Surprenant, les peurs de Stephen King, mais en réfléchissant, je n’aimerait pas finir ainsi)

Notes pour « Juste avant le crépuscule »
Quel moment magnifique que ces explications du « comment » a été créé les histoires que nous venons de lire. Stephen King nous parle comme si nous étions un ami et qu’il nous racontait autour d’une bière, sa vie et comment on en arrive à écrire une histoire. Jouissif pour un fan de Stephen King.

La presse américaine a dit sur « Juste avant le crépuscule »

« Des nouvelles qui donnent la chair de poule, mystérieuses, passionnantes et parfaitement effrayantes. » Sunday Telegraph
« 13 nouvelles superbes, totalement différentes. Son meilleur recueil. » Daily Express
« Très visuel, d’un comique sombre, extrêmement troublant. » The Observer

Test de l’audiobook de « Juste avant le crépuscule » aux Editions Audiolib

Juste Avant le Crépuscule
CD est vente sur Amazon à 21.85€
Avis : 8/10
– Composé de 2 CD aux format Mp3 comprenant 18h35 d’écoute.
– CD en carton, qui se déplie. L’ensemble est de bonne qualité.
– L’index qui liste toutes les parties (découpes) de chaque CD avec les titres est caché derrière les CD. (20 pour le CD 1 et 19 pour le CD 2)
– Michel Raimbault possède une voix grave et sa lecture est agréable. Sa lecture est lègère et l’on a vraiment l’impression qu’il nous parle au lieu de lire.
– Mon avis : L’introduction qui est toujours un de mes moments préférés, car c’est Stephen King qui raconte et c’est très bien rendu. On a vraiment l’impression que Stephen King nous parle. Une petite musique angoissante avant le début de chaque histoire est angoissante à souhait. A l’écoute, on est bien dans l’histoire et on reste facilement accroché à l’écoute, on aurait envie peut-être par moment que Michel Raimbault s’énerve un peu. augmente le ton pour nous sortir de notre léthargie. C’est vraiment flagrant pour l’histoire « Un très petit coin » qui est vraiment une nouvelle violente. D’un autre côté, les mots sont très bien appuyés et l’on savoure mieux le vocabulaire et la traduction magnifique de W.O. Desmond. C’est un très bon produit que je conseille. Un autre moyen de « lire ».(J-M Pailherey) 
 

Mots clés choisis et en rapport avec « Juste avant le crépuscule »

Ce thème permet en un ou deux mots de vous guider vers des éléments en rapport avec le roman présenté.

|Juste avant le crépuscule | Tout est fatal | Danse Macabre | Brume | Reves et cauchemars | Stephen King | Just Past Sunset | Recueil de nouvelles | Critiques des lecteurs | Minuit 2 |Minuit 4 |

Duma Key – Stephen King parle de l’âge, la…

Stephen King parle de l’âge, la maladie, la vieillesse et de la peur

Sortie le 22 Janvier 2008 aux USA
Sortie le 1er Avril 2009 en France
Genre: Fantastique
Avis: 8/10 (Ce roman de Stephen King est vraiment d’une maturité étonnante. On y parle de maladie et vieillesse pour ensuite partir dans un fantastique prenant. Que Stephen king décrit bien un lieu et des personnages, on croyait les connaitre, voir y habiter.

Vous pouvez achetez le livre 

Duma Key Audiolib en deux CD lu par Michel Raimbault avec Fnac
Vous pouvez achetez le livre 

 

Présentation du roman Duma Key

Le héros est un entrepreneur en construction dans la cinquantaine nommé Edgar Freemantle. Au cours d’une inspection de routine, il se fait écraser dans sa voiture par une grue. Edgar perd son bras droit et subit des dommages au cerveau: il devient partiellement amnésique et aphasique. Les crises de rage qu’il pique lors de sa convalescence terrorisent sa femme tant et si bien qu’elle le quitte. Edgar pense au suicide, mais son psychiatre lui suggère de changer de décor et de reprendre une activité qui l’a déjà intéressé autrefois, la peinture. Edgar s’installe donc à Duma Key, une île floridienne presque déserte, où il se lie d’amitié avec un ancien avocat (Wireman) et la dame âgée atteinte d’Alzheimer dont il s’occupe (Elizabeth Eastlake). Edgar se met à dessiner et à peindre avec une passion dévorante. Ses scènes sont de plus en plus inquiétantes et ont des répercussions dans le monde réel. La maison rose qu’il a louée pourrait amplifier cette connexion avec le paranormal. Plus étrange encore, l’enfance terrifiante de Mme Eastlake émerge et vient le hanter. Puis l’histoire sombre dans l’horreur quand la dame rouge se réveille et amène son navire des morts près de l’île.

Présentation de l’éditeur

Duma Key : un trait de crayon sur une page blanche. Une ligne d’horizon, peut-être.
Mais aussi une ouverture dans laquelle s’infiltrent les ténèbres…
Mutilé par un terrible accident, abandonné par sa femme, Edgar Freemantle, un businessman du Minnesota, décide de tout quitter pour la Floride.
Une nouvelle vie l’attend sur l’îlot de Duma Key, langue de terre presqu’inhabitée, dévastée régulièrement par des ouragans imprévisibles, et qui appartient à une mécène excentrique dont les sœurs jumelles ont disparu dans les années 20. Edgar va s’y découvrir un incroyable don pour la peinture. Les incroyables couchers de soleil lui inspirent des tableaux qui vont vite se révéler dangereusement prémonitoires. Freemantle comprend alors qu’il doit découvrir ce qui est arrivé aux jumelles et l’étrange secret de la propriétaire des lieux, avant que les ténèbres n’engloutissent Duma Key et ses habitants.
Un roman sur l’amitié, les liens qui unissent père et fille, sur la mémoire, la vérité et l’art. Une métaphore de la vie et des sources d’inspiration de l’écrivain, une exploration de la nature, du pouvoir et des influences de la fiction. Mais aussi un King subtilement terrifiant !