Horns

Horns

Bande annonce de Horns

Un classique du cinéma d’horreur tiré de Joe Hill

Titre original : Horns
Date de sortie aux USA : 2014
Date de sortie en France : 2014
Genre : fantastique
Avis: En attente

Résumé et présentation du film

Réalisateur : Alexandre Aja
Scénario : Keith Bunin
Durée : 123 minutes
Acteur(s) : Daniel Radcliffe, Juno Temple, James Remar est Derrick Perrish,Kelli Garner est Glenna, Joe Anderson est Terry Perrish et Max Minghella est Lee Tourneau.
L’histoire générale : Ig Perrish (Daniel Radcliffe) vit un bonheur parfait avec la jeune femme qu’il aime (Juno Temple). Mais un matin, le lendemain d’une grosse beuverie, il se retrouve affublé de cornes, et découvre que sa copine a été violée et assassinée. C’est le début d’une véritable descente aux enfers, et d’un lot de révélations surprenantes sur les gens qui l’entourent

nosferapng-aa562.png

Nosfera2

Nosfera2 l’un des meilleurs livres de Joe Hill

Titre original: NOS4A2
Date de sortie aux USA : 30 Avril 2013
Date de sortie en France : 08 Janvier 2014
Traducteur : Antoine Chainas
Illustrations : Gabriel Rodriguez
Dédicace : A ma mère. Un récit implacable pour la reine des histoires.
Nombre de pages : 621
Genre: Fantastique.

Avis: 9/10. J’ai beaucoup aimé ce livre. A tel point qu’il est le détonateur pour la création du site Joehill.fr. Les personnages sont très bien écrits, on se sent proche d’eux. Le style et les enchainements des situations sont parfaitement maitrisées. De très bonnes créations littéraires dans le domaine du fantastique comme la bibliothécaire qui dans son jeux de scrabble entre en contact avec “l’au-delà”. Je retrouve la dureté d’un Salem de Stephen King ou bien de Ca pour la justesse des portraits des enfants. A lire.

Résumé du livre Nosfera2

Charles Manx enlève des enfants pour les amener à Christmasland avec sa Rolls Royce Wraith de 1938. Bing Partridge en 1990 a écrit à une annonce d’Aout 1949 de Christmasland. Et là, Charles Manx va venir le chercher.
Vic Mc Queen, dit La Gamine, sur son magnifique vélo Raleigh Tuff Burner retrouve les objets et les animaux ou personnes. Vivants ou morts. Elle permettra à sa mère de retrouver sa bague et d’atténuer les tensions familiales. Pour cela elle entre dans un monde parallèle difficile à maitriser.
Alors quand ces deux personnes

joe_hill_maic9ec.jpg

Albums de photos de Joe Hill

Galerie de photos de Joe Hill ou de l’univers qui l’entoure. On reconnait Joe Hill tout au long de sa vie, les évolutions de physique, mais aussi les lieux qu’il a croisé. Des couvertures de livres, mais aussi des promotions de fans, des images de films ou bien des photos de son monde.

Dans cet article, on réunira tous les photos de Joe Hill lors de promotion de ses livres. Photos glanées sur le Net et regroupées dans cet album.
Des moments fixés sur “papier” pour que chacun puisse suivre les signatures et couvertures de Joe Hill.
On ne peut pas être dans toutes les promotions, surtout qu’elles sont actuellement très en dehors de France.

fantomes0pngce42.png

Fantômes – Histoires troubles

Le recueil de nouvelles de Joe Hill

Tout le monde maintenant connait Joe Hill, et ce n’est plus comme le fils de Stephen King, mais plutôt comme un vrai écrivain.
En France, nous l’avons découvert avec le costume du mort, qui renouait avec les vrais romans fantastiques, classiques, sans horreur basique, mais plutôt une montée en tension.
Maintenant, il s’agit d’un recueil de nouvelles qui est sortie le 17 février 2010 et traduit par Valérie Rosier.
Titre original : 20th Century Ghosts (2005)

Liste des nouvelles présentées et notées par le site Joehill.fr

 Dernier cri : 07.5/10 (L’histoire semble classique et pourtant elle vous prend aux tripes et vous avez qu’une envie, la finir.)
Un éditeur publiant une collection fantastique depuis des années, blasé et esseulé, va recevoir un auteur dont l’histoire le prend aux tripes. Il va essayé de le rencontrer et va découvrir un lieu inquiétant.

 La Belle au ciné hantant : 8/10 (A part le titre qui est un peu bizarre, cette histoire est très bonne, et les références au cinéma sont excellentes.

Une femme hante pendant des années un cinéma. Son propriétaire la connait et fera tout son possible pour faire survivre ce lieu et connaitre pourquoi cette femme le hante.

 Pop art : Etre en plastique, gonflable, cela semble difficile à vivre et je ne vous parle pas des amis. C’est le destin d’Arthur Roth.

 Stridulations :

 Fils d’Abraham :

 Mieux qu’à la maison :

 Le Téléphone Noir :

Présentation du recueil de nouvelles présenté par l’éditeur

Imogene est jeune et belle. Elle embrasse comme une star et connaît l’histoire du cinéma sur le bout des doigts. Il se trouve aussi qu’elle est morte et attend sans qu’il s’en doute Alec Sheldon, dans la salle de projection. Le Rosebud, un certain après-midi de 1945…
Arthur Roth est un gosse solitaire qui a de grandes idées et le don de s’attirer des ennuis. Il n’est pas facile de se faire des amis quand vous êtes le seul garçon en plastique gonflable de la ville…
Francis est malheureux. Autrefois c’était un humain, mais aujourd’hui, c’est une sauterelle géante de deux mètres cinquante, et quand ils l’entendront striduler, tous les habitants de Calliphora se mettront à trembler…
John Finney est enfermé dans un sous-sol taché du sang des autres enfants martyrs qui l’y ont précédé. Dans ce sous-sol se trouve aussi un téléphone ancien modèle débranché depuis longtemps. Pourtant, la nuit, il se met à sonner… Qui est à l’appareil ?
Le passé n’est pas mort. Il est encore à venir…

logo2.jpg

Le Costume du Mort

Le premier livre de Joe Hill

Titre original : Heart-Shaped Box
Date de sortie aux USA : 13 février 2007
Date de sortie en France : 12 mars 2008
Prix reçus :

 Bram Stoker du meilleur premier roman en 2007

 Locus du meilleur premier roman en 2008.
Dédicace : Note sur la page de garde du livre
Traducteur : Valérie Rosier
Genre: Fantastique allant sur l’horreur

Avis: 7/10

Résumé du livre : Le costume du mort

une rock-star vieillissante, tendance AC/DC, collectionneur d’objets insolites et macabres achète le costume d’un mort et hérite par la même occasion du fantôme de ce dernier. Bien entendu, le fantôme n’est pas du tout amical…
The New York présentait le roman :
On ne collectionne pas sans péril des reliques toutes plus étranges les unes que les autres. C’est ce que va apprendre Jude en achetant le dernier costume d’un mort. Soudain, au pied de son lit, derrière une porte, à ses côtés en voiture, grimaçant et assoiffé de vengeance, apparaît l’ancien propriétaire de l’habit. Quelle histoire terrible de son passé cherche-t-il à lui faire payer ? Aux frontières de la folie, une fuite éperdue commence, enchaînant des moments de pure terreur et d’intenses frissons pour le lecteur.


Extrait du livre :
Jude faisait collection d’objets rares.

Une collection particulière, comprenant par exemple des esquisses des Sept Nains, que John Wayne Gacy avait dessinées en prison. Il les lui avait envoyées et Jude les avait encadrées, puis accrochées au mur de son studio de musique, entre ses disques de platine. Gacy appréciait le Disney de l’âge d’or, mais il aimait mieux brutaliser des gamins, ou écouter les albums de Jude.
Jude possédait aussi le crâne d’un paysan qu’on avait trépané au XVIe siècle, pour en chasser les démons. Il y rangeait ses stylos préférés.
Autre pièce de collection, une confession, signée par une sorcière trois cents ans plus tôt. «Oui, j’ai causé avec un chien noir. Même qu’il m’a dit “D’accord, pour te faire plaisir, je veux bien empoisonner des vaches, affoler des chevaux et rendre des enfants malades, à condition que tu me laisses prendre ton âme.” J’ai accepté, et ensuite, j’y ai donné mon sein à téter.» On l’avait brûlée vive.
Également, un noeud coulant roide et effiloché, qui avait servi à pendre un homme en Angleterre au début du siècle. L’échiquier d’Aleister Crowley ! quand il était enfant. Et un snuff movie. De tous les objets de sa collection, c’était celui qui le mettait le plus mal à l’aise. Un flic qui avait travaillé comme agent de sécurité sur deux ou trois concerts donnés à L. A. le lui avait donné en le qualifiant de «malsain», avec un certain enthousiasme. Après l’avoir visionné, Jude était d’accord avec lui. Ce film était abominable. Il avait aussi, indirectement, hâté la fin de sa vie conjugale. Pourtant Jude l’avait gardé.
Sa collection était principalement constituée de cadeaux que des fans lui avaient envoyés. Il était rare qu’il achète lui-même de quoi la compléter. Mais lorsque Danny Wooten, son secrétaire particulier, lui annonça qu’il y avait un fantôme à vendre sur Internet, Jude n’hésita pas une seconde. Quand le serveur d’un restaurant vous propose un plat du jour qui vous met en appétit, on le commande sans même jeter un coup d’oeil au menu. Eh bien, c’était pareil. Il est des impulsions qu’il faut suivre sans réfléchir.

«Un conte d’horreur sauvage, hypnotique et diaboliquement pervers, Le Costume du mort sort tout droit de l’enfer…»

The New York

On ne collectionne pas sans péril des reliques toutes plus étranges les unes que les autres. C’est ce que va apprendre Jude en achetant le dernier costume d’un mort. Soudain, au pied de son lit, derrière une porte, à ses côtés en voiture, grimaçant et assoiffé de vengeance, apparaît l’ancien propriétaire de l’habit. Quelle histoire terrible de son passé cherche-t-il à lui faire payer ? Aux frontières de la folie, une fuite éperdue commence, enchaînant des moments de pure terreur et d’intenses frissons pour le lecteur.

Lauréat de nombreux prix, Joe Hill s’est vu immédiatement propulsé, avec Le Costume du mort, parmi les plus grands auteurs de thrillers fantastiques.

Extrait du livre :
Jude faisait collection d’objets rares.

Une collection particulière, comprenant par exemple des esquisses des Sept Nains, que John Wayne Gacy avait dessinées en prison. Il les lui avait envoyées et Jude les avait encadrées, puis accrochées au mur de son studio de musique, entre ses disques de platine. Gacy appréciait le Disney de l’âge d’or, mais il aimait mieux brutaliser des gamins, ou écouter les albums de Jude.
Jude possédait aussi le crâne d’un paysan qu’on avait trépané au XVIe siècle, pour en chasser les démons. Il y rangeait ses stylos préférés.
Autre pièce de collection, une confession, signée par une sorcière trois cents ans plus tôt. «Oui, j’ai causé avec un chien noir. Même qu’il m’a dit “D’accord, pour te faire plaisir, je veux bien empoisonner des vaches, affoler des chevaux et rendre des enfants malades, à condition que tu me laisses prendre ton âme.” J’ai accepté, et ensuite, j’y ai donné mon sein à téter.» On l’avait brûlée vive.
Également, un noeud coulant roide et effiloché, qui avait servi à pendre un homme en Angleterre au début du siècle. L’échiquier d’Aleister Crowley ! quand il était enfant. Et un snuff movie. De tous les objets de sa collection, c’était celui qui le mettait le plus mal à l’aise. Un flic qui avait travaillé comme agent de sécurité sur deux ou trois concerts donnés à L. A. le lui avait donné en le qualifiant de «malsain», avec un certain enthousiasme. Après l’avoir visionné, Jude était d’accord avec lui. Ce film était abominable. Il avait aussi, indirectement, hâté la fin de sa vie conjugale. Pourtant Jude l’avait gardé.
Sa collection était principalement constituée de cadeaux que des fans lui avaient envoyés. Il était rare qu’il achète lui-même de quoi la compléter. Mais lorsque Danny Wooten, son secrétaire particulier, lui annonça qu’il y avait un fantôme à vendre sur Internet, Jude n’hésita pas une seconde. Quand le serveur d’un restaurant vous propose un plat du jour qui vous met en appétit, on le commande sans même jeter un coup d’oeil au menu. Eh bien, c’était pareil. Il est des impulsions qu’il faut suivre sans réfléchir.

plein_gazpng34e7.png

Plein gaz

Joe Hill avec Stephen King inspirés par Richard Matheson

Titre original: Throttle
Date de sortie aux USA : 2010
Date de sortie en France : 08 Janvier 2014
Un comic, bande dessinée a été tiré de Plein Gaz : Road Rage
Nombre de pages : 96
Traducteur : Antoine Chainas
Genre: Policier

Avis: 07.5/10

Résumé du livre Plein Gaz

Une bande de motards, la Tribu, dont le père et le fils sont en conflit s’arrêtent dans un resto-route. Ils viennent de perdre soixante mille dollars. Race, le fils, veut aller à Show Low pour rencontrer la sœur de Clarke, avec qui il était en affaires.Vince est opposé à cela et des tensions se crée dans la Tribu. Un camion, conduit par un chauffeur dont on ne voit que le bras, va les prendre en chasse pour tous les éliminer.

A savoir sur Plein Gaz

Il s’agit d’une inspiration du célèbre Duel écrit par Richard Matheson et réalisé à la télévision par Stephen Sielberg.
Il s’agit de la première collaboration entre Joe Hill et son père Stephen King.
Plein Gza est paru dans He is Legend : an anthology Celebrating Richard Matheson, édité par Christopher Conlon et publié par Tor Books en 2010.