cat_eye_film.jpg

Cat’s eyes

cat_eye_film.jpg

CAT’S EYES

[Danse macabre :

 Desintox, Inc

 La Corniche->27]

Titre original: Cat’s Eyes (1985 ).

Durée: 1 heure 31 minutes.

Réalisateur: Lewis Teague

Acteurs: Drew Barrymore, James Woods, Alan King.

Note : 7/10 démodé à part la corniche

Sujet :

* 1 er sketch, « Desintox INC » , d’après DESINTOX , INC du recueil Danse Macabre
Une entreprise utilise un moyen pour le moins original et radical pour se débarasser des fumeurs incurrables…
* 2eme sketch, « la corniche » , d’après LA CORNICHE du recueil Danse Macabre
Un homme trompé, oblige l’amant de sa femme à escalader la fenetre de leur appartement, au 20 e étage et de faire le tour de l’immeuble sur la corniche étroite…

* 3eme et dernier sketch, « Le général » écrit spécialement par King pour le film
Une petite fille est persécutée par un abominable lutin qui vit dans un trou du mur de sa chambre…

bazaar_film2.jpg

Bazaar (film)

bazaar_film2.jpg

Lien vers le livre Bazaar

Titre original : Needful Things

Durée : 1h53

Réalisateur : Fraser C. Heston

Acteurs : Max Von Sydow, Ed Harris, Bonnie Bedelia, Amanda Plummer, J.T. Walsh, Ray McKinnon

Genre : Fantastique

Note : 6/10

Sujet : Leland Gaunt s’installe à Castle Rock, une petite ville paisible du Maine. Son arivée crée l’événement, car il réaménage une vieille boutique et ouvre un curieux bazarr où il vend, à des prix défiants toutes concurrences, des objets répondant exactement aux désirs les plus secrets des habitants : une très rare carte de baseball, une médaille ayant la propriété de soigner les douleurs, une édition introuvable de « l’île au trésor », un blouson mythique…
Etrangement, contre l’objte tant convoité, il exige de son client, un petit service, généralement une mauvaise action destinée à monter les habitants les uns contres les autres…

coeurs_perdus_en_atlantide_film.jpg

Coeurs perdus en Atlantide (film)

Lien vers le livre Coeurs perdus en Atlantide

Titre original : Hearts In Atlantis

Durée: 1h40

Réalisateur : Scott Hicks

Acteurs : Anthony Hopkins, Anton Yelchin, Hope Davies, Mika Boorem

Avis : 7/10

Sujet : L’été 1960 n’aura pas apporté à Bobby GARFIELD la bicyclette qu’il espérait pour son onzième anniversaire mais infiniment plus : l’amitié et la protection d’un mystérieux mentor, Ted BRAUTIGAN (Anthony HOPKINS), qui changera à jamais sa vie. En effet, le vieil homme ne se contente pas de faire lire les journaux au jeune garçon ou de lui raconter les épisodes les plus lyriques de sa vie. Il lui restitue l’image d’un père disparu et l’entraîne aux frontières d’un monde paranormal où planent d’obscures dangers : des ‘hommes noirs’ sont à la recherche de Ted

2000 - Carrie 2 : La Haine

Carrie 2 : La Haine



2000 - Carrie 2 : La Haine
2000 – Carrie 2 : La Haine

Titre Original : The Rage : Carrie 2

Sans rapport avec Stephen King – Il n’y a eu qu’un Carrie
Lien vers le livre de Stephen King : Carrie
Lien vers la première adaptation de Brian de Palma : Carrie
Lien vers le TV film de David Carson : Carrie
Lien vers la nouvelle adaptation 2013 de Kimberly Peirce : Carrie

Avec : Emily Bergl, Jason London, Dylan Bruno, J. Smith-Cameron, Amy Irving, Zachery Ty Bryan

Réalisateur : Katt Shea

Un album de chanson à la mode.

Chansons : Quick, Painless and Easy (Ivy), Resurrection (Fear factory), Die with Me (Type O Negative)

Sujet : Bienvenue à la fac de Bates. Leçon du jour : ne pas réveiller la colère de Rachel ! Car Rachel n’est pas une étudiante comme les autres, elle n’appartient pas à la bonne bande, ne porte pas les bons vêtements, ne fréquente pas les bonnes soirées. Mais Rachel a quelque chose de plus : un don de télékinésie qui lui permet de déplacer les choses par la simple force de l’esprit. Le jour où, croyant qu’elle peut faire confiance à la bande branchée de la fac, elle s’aperçoit que tout le monde se paye sa tête, la haine de Rachel se déchaîne. Une super soirée entre copains se transforme alors en véritable massacre.

Creepshow 2

Creepshow 2

Bande annonce de Creepshow 2


Le deuxième film avec des épisodes tirés de Stephen King

Titre original: Creepshow 2
Date de sortie aux USA :
Date de sortie en France :
L’article dédié à la réédition française de Creepshow
Les planches à découvrir en exclusivité de la Bande dessinée Creepshow
Stephen King apparait dans ce film – Les apparitions de Stephen King au cinéma
Lien vers le fiche du film Creepshow 1
Genre: Fantastique – Horreur
Avis: 8/10

Résumé et présentation du film Creepshow 2

Durée: 1h25
réalisateur: Michael Gornick, George A. Romero
Acteurs: Lois Chiles, George Kennedy, Dorothy Lamour, Tom Savini, Domenick John, Frank S.
Sujet : Une statue de bois d’un grand chef indien prend vie et ressort la hache de la guerre pour scalper des assassins ; des adolescents sont engloutis les uns après les autres par une étrange nappe gluante à la surface d’un lac ; une femme adultère est poursuivie par un auto-stoppeur écrasé…

Mots clés choisis et en rapport avec “Creepshow2”

Nous vous présentons en quelques mots de vous guider vers des éléments en rapport avec le roman présenté.

| Creepshow | Romero | Stephen King | Jeunesse de Stephen King | Gore | Indien | Films | Critiques des lecteurs
carrie_film.jpg

Carrie (film)

carrie_film.jpg

Titre original: Carrie (1976 ).
Lien vers le livre de Stephen King : Carrie
Lien vers le TV film de David Carson : Carrie TV
Lien vers la “suite” de Katt Shea : Carrie 2
Lien vers la nouvelle adaptation 2013 de Kimberly Peirce : Carrie version 2013

Le titre français complet est : Carrie au bal du diable.

Durée: 1heure 38minutes.

Réalisateur: Brian De Palma

Acteurs: Sissy Spacek, Piper Laurie, Betty Buckley, Nancy Allen, Amy Irving, William Katt, John Travolta.

GRAND FILM DU FESTIVAL D’AVORIAZ, 1977
Piper Laurie, nominée aux Oscar pour le meilleur premier rôle
Piper Laurie nominée aux Golden Globe pour le meilleur premier rôle
Sissy Spacek nominée aux oscars pour la meilleur actrice

Genre: Fantastique sanglant.

Avis : 8/10

Sujet :

Adaptant un roman de Stephen King (Misery), Brian de Palma signe avec Carrie une pièce maîtresse du cinéma fantastique. L’histoire d’une jeune fille élevée dans l’obscurantisme le plus total par une mère bigote, souffre douleur de ses camarades de classe, mais dotée de pouvoirs de télékinésie qu’elle-même ne soupçonne pas. Ceux-ci vont être l’instrument de sa vengeance.

A partir d’une trame de départ assez simple, Brian de Palma parvient à conférer au film une richesse thématique assez conséquente. Ainsi, le destin d’une lycéenne prend à la fois une dimension de conte de fée, une dimension mythique mais aussi une dimension de satire religieuse. Le conte de fée de Carrie, mouton noir se muant en Cendrillon étincelante, évoluant d’un univers familial plus qu’oppressant à un bal de fin d’année au cours duquel elle fait office de reine. La dimension mythique d’une histoire de lycée prenant des allures de tragédie antique, avec pour figure de proue une furie n’accomplissant sa tâche que dans la destruction et le cataclysme. Une satire religieuse à travers le personnage à la fois grotesque et terrifiant de la mère de Carrie (interprétée par Piper Laurie), fanatique psychotique vivant dans une maison ressemblant à une église gothique.

La construction du film est en tout point irréprochable, le récit étant d’une limpidité et d’une intensité rares. Ainsi, l’histoire de Carrie apparait comme un destin frappé par la fatalité, et ce malgré les apparences. Derrière la scène de douches, filmée avec un ralenti censé apporter un caractère érotique au début du film, se cache une bouffée de violence symbolisée par l’irruption d’un flot de sang et par la lapidation d’un des personnages. Derrière l’atmosphère extatique et paradisiaque du bal se cachent le cataclysme et le carnage. Ainsi, un long plan séquence durant le bal, auquel succède une séquence filmée au ralenti, placent le sanglant final en position d’apothéose fiévreux, rendu délirant et visuellement jubilatoire par l’utilisation du split screen.

Carrie est un film visuellement très brillant, filmé de la manière la plus intense qui soit, thématiquement très développé, porté par une actrice exceptionnelle dont le regard fait office d’effet spécial à lui seul (Sissy Spacek, nommée aux Oscars, tout comme Piper Laurie, phénomène assez rare pour des performances dans un film d’horreur). Un chef d’oeuvre qui n’a aucunement souffert du poids des années. Ainsi, l’image de la prima donna ensanglantée, à la pose expressionniste absolument saisissante, demeure une image terriblement marquante du cinéma fantastique dans son ensemble.

Nicolas Bardot