435px-Mary_shelley.jpg

Mary Shelley

435px-Mary_shelley.jpg

Mary W. Shelley est une femme écrivain anglaise, née le 30 août 1797 à Londres, Angleterre. Elle est surtout connue pour son roman Frankenstein ou le Prométhée moderne.

Fille de la philosophe Mary Wollstonecraft et de l’essayiste et écrivain politique William Godwin, elle épousa le poète anglais Percy B. Shelley en 1816, après le suicide de sa première femme.

Elle est décédée le 1er février 1851 à Londres.

Frankenstein ou le Prométhée moderne

Frankenstein fut écrit en 1818 et est inspiré de la vie de Konrad Dippel, alchimiste. L’idée de ce roman date de 1816, alors qu’elle était en villégiature à Bellerive près de Genève, en compagnie de son mari et de leur ami commun Lord Byron. La saison était très pluvieuse et le trio parlait longuement; c’est lors d’une discussion sur la littérature allemande que Mary Shelley eut l’idée d’un roman gothique racontant la création d’un homme, sans être Dieu, mais en utilisant une énergie d’essence divine, le « feu du ciel » dont Pline l’Ancien considérait son utilisation comme un sacrilège aux conséquences terribles, d’où le surnom « Prométhée moderne » faisant allusion au Titan qui avait donné le feu sacré aux hommes.

L’époque était, en fait, celle des débuts de la maîtrise de l’électricité; ce qui semblait fondamentalement magique et touchant effectivement à la puissance divine. En résidence entre le Jura et la vallée de l’Arve, Mary Shelley, avait certainement eu connaissance des efforts faits pour la maîtrise de l’énergie électrique, la « houille blanche » qui allait assurer la richesse des Alpes du Nord. Le Mont-Blanc était tout à côté et sa présence est réelle dans son roman lorsqu’elle décrit « le rugissement furieux de la rivière (…) les précipices (…) les immenses montagnes (…) révélaient en ces lieux la présence de forces évoquant celle de la toute puissance »; les »géants prestigieux des Alpes (…sont des…) pyramides et des dômes blancs et étincelants (…) un autre monde, habitat d’une espèce inconnue de nous.

(Source Wikipédia)

edgar_poe.jpg

Edgar Allan Poe

edgar_poe.jpg

Il est né le 19 janvier 1809 à Boston dans le Massachusetts et mort le 7 octobre 1849 à l’hôpital de Baltimore de congestion cérébrale.

Il est le deuxième des trois enfants d’un couple de comédiens. Sa mère meurt en 1811 à l’âge de 24 ans de tuberculose laissant ses enfants orphelins; leur père alcoolique était aussi mort l’année auparavant de tuberculose. Sa sœur Rosalie est une handicapée mentale et son frère William Henry, meurt lui aussi à 24 ans, alcoolique et tuberculeux.

Orphelin à l’âge de 3 ans, il est confié à la charité de la bourgeoisie de Richmond, et il est adopté par la famille Allan, négociante de tabac, qui s’installe pour quelque temps à Liverpool; cette famille lui donnera son second prénom. L’Angleterre mystérieuse va impressionner l’enfant et lui donner le goût du fantastique macabre. Il suit des études classiques et littéraires. À l’Université de Virginie, il commence à contracter des dettes de jeu et rompt avec son père adoptif qui refuse de les payer.

En 1834 , il connaît un premier succès en remportant un prix à un concours organisé par le Saturday Visitor de Baltimore avec son récit Manuscrit trouvé dans une bouteille. Il entre au Souther Literary Messenger de Richmond et en deviendra rédacteur en chef en 1835. Mais l’alcool et les drogues le plongent dans des accès de dépression et il perd son emploi. Dix ans plus tard, il publie le Corbeau qui bouleverse le public. Poe connaît alors une courte période d’engouements et de succès mondains. Ensuite, les dettes et l’alcool le précipitent définitivement dans la déchéance.

Il y eut pour finir, cette mort digne des histoires qu’il a écrites; il fut trouvé le 3 octobre 1849, sur un trottoir de Baltimore près de Light Street, sinon ivre, du moins hébété; hospitalisé, il sombra dans le coma quatre jours avant de mourir. Les responsables : la ville était en pleine campagne électorale, et des agents des deux camps la parcouraient, d’un bureau de vote à l’autre, pour faire boire aux naïfs un cocktail d’alcool et de narcotiques afin de les traîner ainsi abasourdis, au bureau de vote

(Source wikipédia)

clive_baker.jpg

Clive Baker

clive_baker.jpg

Clive Baker et les livres de sang

né le 5 octobre 1952, Liverpool, Angleterre
L’un des maîtres de la littérature fantastique d’horreur, aux côtés de Lovecraft, Stephen King ou Dean Kontz excelle à inventer des univers macabres, aussi bien au travers de ses livres qu’ un cinéma (cf. « Cabal »; « Hellraiser »). Tel Lovecraft, écrivain aux thèmes assez proches, Barker crée des mondes parallèles au nôtre et d’ou surgissent toutes sortes de créatures.

Il commence par fonder une petite troupe de théâtre à Londres ou il dévoile son amour du fantastique en faisant jouer « Frankenstein in love  » ou  » The history of devil ». Dans le même temps, il écrit ses premieres histoires d’horreur qui intéressent alors la presse et ses écrits sont publiés, regroupés sous l’appelation de « Livres de Sang ». Le premier livre est constitué de cinq nouvelles dont « La truie », l’histoire d’une truie gargantuesque et anthropophage. Sa popularité grandissant auprès de milliers de fans, Clive Barker passa l’étape du cinéma en réalisant en 1987 le premier Hellraiser, et fit de Pinhead (tête d’épingle) l’un des cauchemars et aussi l’objet de fascination des spectateurs. La thématique résolument orienté vers un certain sadisme n’ empêcha pas le succès d’être au rendez-vous.

Cabal: la monstrueuse parade

Son film suivant, Cabal (1990) fit un bide total; son histoire abracadabrante et moins terrifiante que la précédente se trouve être de plus extrêmement confuse. Cet échec poussa le réalisateur-écrivain à s’éloigner de la mise en scène sans toutefois rejetter toutes nouvelles tentatives cinématographiques.

Par la suite, il produira deux séquelles à Hellraiser: Hellraiser 2: Les écorchés et Hellraiser 3 . Au début des années 90, il est l’initiateur de Candyman (d’après une de ses propres nouvelles,  » The Forbidden » dont il avait réalisé un court-métrage en 1978). Il revient en grande forme en 1995 avec Le maitre des illusions (avec Scott Bakula et Famke Janssen). C’est l’histoire d’un sorcier mort qui arrive à revenir parmi les vivants. C’est dans la crainte de son retour que vivent ses anciens adeptes qui l’on trahi.

Dernièrement, Barker, spécialisé dans l’univers gothique prend ses distances avec le sanguinolent (il écrit ainsi pour les enfants « Le voleur d ‘éternité  » et se tourne vers l’héroïc-fantasy ). Ce qui n’a pas empêché Clive d’écrire l ‘histoire de « Undying » un jeu d’aventures/horreur sorti récemment sur PC. Il s’est aussi dit fort mécontent du résultat d' »Hellraiser 5  » estimant que l’esprit initial s’est perdu.
Depuis 1986, date de Hellraiser, il n’a pas sorti de livre.
En 2010, on attend Jakabok : le démon de Gutenberg.

Mots clés choisis et en rapport avec « Clive Baker »

Ce thème permet en un ou deux mots de vous guider vers des éléments en rapport avec le roman présenté.

|Clive Baker | Stephen King | Edgar Poe | Hellraiser| Cabal |
William_Peter_BLATTY.jpg

William Peter BLATTY

William_Peter_BLATTY.jpg

Date de naissance
7 January 1928
New York, New York, USA

A écrit l’exorciste : Un chef d’oeuvre

puis des années après a publié l’exorciste : La suite :
Plus complexe,une bonne réflexion sur la religion.

En tant que Scénariste
2004 Exorciste (l’) – au commenceme…

2001 Exorciste l’integral (l’)
1991 Exorciste la suite (l’)
1980 9ème configuration (la)
1974 Exorciste (l’)

1970 Darling lili
1968 Plus grand des hold up (le)
1967 Peter gunn detective special
1964 Quand l’inspecteur s’emmele


En tant que Réalisateur

1991 Exorciste la suite (l’)

1980 9ème configuration (la)

1974 Exorciste (l’)

Lovecraft

Lovecraft

Lovecraft
Lovecraft

Lien vers le livre préfacé par Stephen King

Howard Phillips Lovecraft, plus connu sous l’appellation H. P. Lovecraft (Providence, Rhode Island, 20 août 1890 – Providence, 15 mars 1937), écrivain américain, est l’un des pères de la littérature fantastique et d’épouvante du XXe siècle. Il est l’auteur d’une soixantaine de nouvelles, d’un roman ainsi que de poèmes dont aucun recensement n’existe à ce jour. Il est aussi l’auteur prolifique de plus de 80 000 lettres recensées, mais on estime qu’il en a écrit plus de 100 000, dont la taille va jusqu’a 70 pages. Il a écrit aussi des articles de philosophie et de sciences, travaillant notamment comme nègre littéraire. Il ne fut connu du grand public qu’après sa mort.

Il rédige ses premiers poèmes, ainsi que sa première nouvelle, La petite bouteille de verre (The little glass bottle) à l’âge de six ans. Le 3 mars 1924, il épouse Sonia Haft Greene et s’installe chez elle, dans le quartier de Brooklyn à New York. En avril 1926, Lovecraft quitte l’appartement de New york pour retourner vivre à Providence chez sa tante la plus agée, Lillian Clark. Il divorcera trois ans plus tard et ne connaîtra plus d’autre femme.

Il imagina une cosmogonie fabuleuse de dieux, de créatures et de lieux étranges regroupés sous l’expression Mythe de Cthulhu. Un terme, inventé par l’écrivain August Derleth après sa mort, que l’on retrouve dans la plupart de ses textes.

Lovecraft 2
Lovecraft 2

Ainsi, Lovecraft voyait le monde comme un univers hanté par des forces anciennes et bannies, attendant l’heure de leur retour. Les monstres les plus rècurrents sont Cthulhu, Yog-Sothoth, Azathoth ou Nyarlathotep. Le Necronomicon, supposément écrit par l’Arabe fou Abdul Alhazred, est prend aussi un personnage important. L’Appel de Cthulhu, publié en 1926, est la pièce angulaire de cet univers.

On discerne des thèmes rémanents dans son œuvre, tels que la folie – dont étaient touchés ses parents, la futilité des croyances, la dégénérescence, les unions contre nature, la xénophobie, l’impression générale que le monde dans lequel il vivait n’était qu’un leurre désagréable et immonde. Il avoua souvent qu’il aurait préféré vivre au XVIIIe siècle.

Solitaire, maladif et rongé par un mal-être permanent, Lovecraft était en perpètuelle difficulté financière ; mais pourtant toujours prolixe en conseils à ses amis écrivains. Toujours insatisfait, il publia néanmoins ; essentiellement dans des pulps dont le magazine Weird Tales.

Décédé d’un cancer à l’intestin, il laissa derrière lui quantité de textes non publiés. Son testament chargeait Robert H. Barlow, l’un de ses correspondants, de la publication du restant de son œuvre. Malheureusement, Robert H. Barlow ne s’acquitta pas de sa tâche, ne publiant qu’un seul texte en 1938. Mais cette mission fut reprise par August Derleth et Donald Wandrei, amis de Lovecraft qui travaillaient eux-aussi pour la revue Weird Tales. Ils créèrent ensemble la maison d’édition Arkham House, qui avait pour vocation de publier les œuvres de Lovecraft. C’est grâce à leur acharnement et leur dévouement que les écrits de HPL purent être diffusés, jusqu’à lui offrir un succès posthume qu’il n’avait jamais connu de son vivant.

(Sources Wikipédia)

Maupassant.jpg

Maupassant

Maupassant.jpg

Guy de Maupassant (5 août 1850-6 juillet 1893) était un écrivain français, auteur de romans et de contes.

Né à Fécamp, et non au château de Miromesnil, comme sa mère voulut le laisser croire par snobisme, Maupassant est un admirateur et ami de Gustave Flaubert. Il publie sa première nouvelle, Boule-de-Suif, dans le manifeste du naturalisme des Soirées de Médan, organisées par Zola en 1880.

Cette nouvelle permet à Maupassant d’être lancé dans l’écriture, et d’obtenir un certain succès. Il est l’auteur de contes et de nouvelles naturalistes, ses thèmes de prédilection étant la vie des paysans normands, des petits-bourgeois, narrant des aventures amoureuses ou les hallucinations de la folie : la Maison Tellier (1881), les Contes de la bécasse (1883), Le Horla (1887).

On retrouve également chez Maupassant cette peur de la mort, et du surnaturel (qui sont en partie responsables de sa folie), dans plusieurs de ses nouvelles Fort comme la mort (1889). On peut trouver dans Mademoiselle Cocotte ou Le noyé une certaine cruauté… Il publie également des romans Une vie (1883), Bel-Ami (1885), Une partie de campagne.

Atteint de troubles nerveux (conséquences d’une syphilis), il mourut dans un état voisin de la démence à Paris dans la clinique du Dr Blanche.

Il est enterré au cimetière de Montparnasse à Paris.

(Sources Wikipédia)